07 janvier 2008

Histoires

Le Tyran en a un peu marre de voir Sarkozy partout, collègue ou pas collègue il est un peu collant le gars. Faudrait pas trop qu'il se prenne pour Notre ami. Heureusement, Jean-Louis Borloo est dans le coin de temps en temps, avec le rouge et le saucisson, pas fier le Valenciennois. Bref, tout ça pour dire que Nous avons, par tyrannobloguien édit, décidé d'interdire la télévision. Pour compenser, voici un petit sitcom écrit, ce que l'on nommait autrefois un feuilleton, créé par nos soins. Ouvrez donc le cerveau disponible.

"Les Moyennement Palpitantes Aventures de Vieux Schnock et de Vieille Pompine" (pilote)

Dans le verdoyant village de Roufieux sur Biloute, au coeur de la forêt tyrannobloguienne, vivotait un couple de vieux nommés Vieux Schnock et Vieille Pompine. Il ne s'agit bien évidemment pas de leurs vrais patronymes, mais quand vous aurez été mariés 40 ans vous comprendrez. Comme ils étaient mariés, disais-je à l'instant avec une étonnante perspicacité, ils se détestaient cordialement depuis 39 ans et 364 jours.

Leur rencontre fut pour le moins étonnante. Vieux Schnock était ouvrier chez Renault le jour et poivrot dans un troquet intitulé le "Bar-Bar" (car le patron était polonais) le reste du temps. Il passait de l'esclavage salarié à l'esclavage éthylique sans sourciller, et sans se demander de quoi demain serait fait puisque le maréchal Pétain l'avait dit la veille à la radio.

<<De toute façon, souder des portières et dessouder des Boches, c'est toujours travailler, disait-il avec l'aplomb qui caractérisait encore les Français à cette époque (car oui, il était français, le Tyran n'était pas encore né). Et mets-y la petite soeur, tant que t'y es!>>

Vieille pompine, quand à elle, était une frêle jeune fille de Ménilmontant. Né d'un père inconnu, et d'une mère pas trop connue non plus, elle était d'un tempérament stoïque et n'aimait rien d'autre que les chats, et les chansons de Luis Mariano à la radio. Elle trouvait aussi que Pierre Laval avait une belle voix, et lui au moins était français. Elle devenait d'ailleurs totalement autiste quand le transistor émettait, et encore il n'y avait pas Drücker à l'époque (vérifier mes sources quand même moi). D'ailleurs, la guerre arriva, et elle n'entendit rien.

Enfin, Nous racontons, Nous racontons, mais c'est juste pour le suspense car il se rencontrèrent beaucoup plus tard. (à suivre si vous demandez gentiment).

Et question subsidiaire avant de partir: est-ce que c'est Sarkozy qui a grandi ou Carla qui a rapetissé parce qu'ils font la même taille sur les photos officielles? Nous n'avons jamais fait attention, on était déjà au Queen's avec JL Borloo....

Posté par le_tyran à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Histoires

Nouveau commentaire