23 janvier 2008

Sous vos applaudissements

Après avoir triomphé aux Césars, aux Oscars, aux Moktars, après avoir vendu 12 milliards de DVD, après avoir escaladé les fameuses marches du festival de Cannes (grâce à leur sponsor Secma, fabricant de monte-escaliers pour personnes âgées depuis des générations), après les prix spéciaux de la biennale de Roufieux sur Biloute et des Ours d'Or de Berlin, et avant la sortie prochaine du DVD et du long métrage, les voici, plus vieux, plus aigris et plus arthritiques que jamais, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, une acclamation pour Vieux Schnock et Vieille Pompine!!!!

"Les Moyennement Palpitantes Aventures de Vieux Schnock et Vieille Pompine"

Saison 2 épisode 1 : les aliens

Résumé de l'épisode précédent: le Tyran a aboli le travail des vieux. Il a aussi, dans sa grande sagesse, aboli pas mal de vieux, pour équilibrer. Ah oui, Il a aussi battu Dieu et Oedipe au poker hier soir.

Vieux Schnock a toujours dormi 8 heures par nuit, pas une minute de plus, pas une de moins. Cette étrange habitude lui vient de sa jeunesse parisienne, quand il faisait les trois huit (boulot/bistrot/dodo). Mais cette fois, pour la première fois de sa vie, il s'est réveillé en pleine nuit, en sueur. Il remarqua, malgré sa cécité en plein essor, une vive lumière dans le jardin.

Un petit homme vint frapper à sa fenêtre. Il était hirsute et habillé comme un comptable, c'est-à-dire avec un mauvais goût qui frise la provocation. Vieux Schnock pensa qu'il s'agissait encore d'un adepte de la tecktonik perdu dans la campagne, plus chargé d'ecstasy qu'une pharmacie et plus ivre qu'un agent de police.

Malgré le double vitrage et sa surdité galopante, il entendit distinctement le gnome lui demander s'il avait une clé de douze. Pas méfiant, Vieux Schnock se saisit de sa boîte à outils, qui était sous le lit car Vieille Pompine ronfle comme un sanglier bourré. Il sortit par la baie vitrée, avisa un étrange véhicule, en souleva le capot et vissa un boulon défaillant. Pas bien réveillé, notre héros crût que c'était une Twingo, laid, compact et avec des couleurs criardes, oui oui ça correspond.

Ce n'est qu'en revenant à ses pénates que Vieux Schnock vit le véhicule s'envoler. Il courut dans le salon de toute la force de ses vieilles jambes pleines d'arthrose, pour réveiller Vieille Pompine qui avait l'habitude d'y dormir  à force de prendre des coups de scie sauteuse dans les narines en pleine nuit. Mais la pauvrette, qui était devenue accro au cannabis, était aussi raide qu'Amy Winehouse et Lindsay Lohan réunies et s'en battait les flancs, des aliens. Elle se leva et embrassa Vieux Schnock avec fureur.

Ce n'est qu'alors qu'il comprit que c'était un cauchemar, alors il se réveilla. (à suivre)

Posté par le_tyran à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sous vos applaudissements

Nouveau commentaire