27 janvier 2008

Journée de deuil

Manifestement, le sort a décidé de s'acharner sur mes collègues. Alors que Je pleurais hier la disparition d'un ami, Suharto, qui a dû lire mon blog dans la nuit, a trouvé malin d'avaler son bulletin de naissance pour m'obliger à lui pondre un article.

Entre ici, Suharto!

A vrai dire, je connaissais peu le dictateur indonésien, car je dédaigne fréquenter les vieux qui passent leur temps à raconter leurs faits d'armes. Suharto était ce que l'on appelle entre nous un dictateur "à l'ancienne", brutal, démago, et anti-communiste. Maintenant, on a le commerce international et Sarkozy qui veut nous filer des centrales à tous, ce n'est plus le même monde. Bref, le vieux n'a même pas fini sa carrière, il a démissionné et on ne s'est pas bousculé pour aller le voir à la maison de retraite.

Re-bref, puisque le défunt du jour ne nous intéresse que très peu, et que nous n'honorons sa mémoire que par pur corporatisme, laissez- moi vous conter une petite histoire qui s'est passée dans son très beau pays. La première fois que Je suis allé à Bali, c'était pour tester ma nouvelle combinaison de surf en peau d'ouvrier retournée et tannée dans nos ateliers tyrannobloguiens. C'était la veille du fameux tsunami. Je me saisis donc de ma planche, gravis la première vague qui se présentait et me mis en devoir d'aller amadouer quelques requins locaux pour mon aquarium. Mais de requin, point. Ces petits cons avaient dû prévoir le coup, comme si Dieu avait voulu tirer la chasse d'eau sur le Sud Est asiatique (Je lui ai demandé après, il a dit qu'il n'y était pour rien et qu'il avait même perdu de l'argent dans l'effondrement de la bourse locale).

Soudain, alors que Je m'étais éloigné de pas loin de 200 km de la côte en nageant à la recherche d'un bon spot, voilà t-il pas qu'une vague haute comme le World Trade Center avant attentat surgit. Je me remis donc debout sur ma planche, et heureux comme un pinson, Je surfai jusqu'à la côte. Or, en arrivant à Bali quelques heures après, quelle ne fut pas ma surprise, en retrouvant sur la plage dévastée un médiator que J'avais perdu la veille en jouant du ukulélé bourré sur ladite plage.

Comme quoi, tout le monde n'a pas été malchanceux ce jour-là.

Posté par le_tyran à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Journée de deuil

Nouveau commentaire